Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 21:57

Afin de vous faire patienter,  en attendant d' autres histoires de Guthin  et pour que mon blogRank  ne plonge pas dans les profondeurs  abyssales sourires..........

J'ai puiser dans ma bibliothèque,  car chez Quichottine  il n' y avait pas de J.Prévert sur l' étagère ou celui qui l' a emprunté ne l' a pas remis à ça place.
Prévert et Aragon font partie des poètes que j' affectionne.  C'est peut être mon esprit soixante huitard qui refait surface, je pense que   Pb-r   y est sûrement pour quelques chose avec  son livre " 30 jours en Mai "que je vous conseille de lire. Pour ceux qui n'ont pas connu cette période, ou ceux qui n' étaient pas à Paris au moment des "événements "(Mot utilisé pour signifier cette période ou révolution de la jeunesse française).

Mais laissons place à la poésie....

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit



CHANSON DU GEÔLIER
 

Où vas-tu beau geôlier 
Avec cette clé tachée de sang 
Je vais délivrer celle que j'aime  

S'il en est encore temps 
Et que j'ai enfermée 
Tendrement cruellement 
Au plus secret de mon désir 
Au plus profond de mon tourment 
Dans les mensonges de l'avenir 
Dans les bêtises des serments 
Je veux la délivrer 
Je veux qu'elle soit libre 
Et même de m'oublier 
Et même de s'en aller 
Et même de revenir 
Et encore de m'aimer 
Ou d'en aimer un autre 
Si un autre lui plaît 
Et si je reste seul 
Et elle en allée 
Je garderai seulement 
Je garderai toujours 
Dans mes deux mains en creux 
Jusqu'à la fin des jours 
La douceur de ses seins modelés par l'amour.



Jacques Prevert.

Ecrivain français

1900- 1977

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Essais et Poèsies
commenter cet article
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 21:15

Texte   proposé dans le cadre du concours de poésie d' Arcane     La visite de son  site vaut le détour,  pour ceux qui ne connaissent pas les sorcières,hihihihi!!!.

 

O h nuit du trente Avril.
D es bas fonds de la ville aux clairières obscures
Accourent dans la nuit noire, de pâles figures.
Viennent, Sorciers, sorcières et esprits malfaisants
En un cortège, pour le grand rassemblement
En cette nuit du trente Avril et pour sûr
Flâner n’est pas de bon augure.
On peut apercevoir dans une clairière avoisinante
Sous d’énormes chaudrons, des braises rougeoyantes.
Des sorcières s’afférent à la préparation diabolique.
De philtres magiques ou potions aux effets bénéfiques
Sous cette croûte épaisse et glauque.
Macèrent, mandragore, ciguë et langues de taupes.
Dans la campagne environnante
On peut y voir une multitude lueurs dansantes.
Accompagnant dans un rythme endiablé
De gentilles fées chevauchant leurs balais
Des sorcières nues, promènent leur linceul sur les près
Pour en subtiliser les gouttes de rosée.
Rendant ainsi stérile la terre des champs
Disette, sera la récolte des paysans.
Si au matin eau bénite et sel n’étaient point jetés
Les sortilèges prononcés, seraient à jamais révélés.
C’est au point du jour, quand la lune est encore présente
Qu’elle apparaît, vêtue d’un tulle blanc, à peine décente
Formant une ronde, Sorciers et sorcières, et esprits bienfaisants,
S’unissent pour lui offrir fleurs et multitudes présents.
C’est un tourbillon magique qui souleva sa robe légère
Laissant percevoir, une immense blancheur qui inonda la clairière.
C’est alors que l’astre du jour à l’horizon paraît.
Illuminant à cette place une nuée de clochettes de Mai.

 

 

 

 

 

 

 
      CopyrightFrance.com

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Essais et Poèsies
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 17:09

 

C’était par une  belle journée de Printemps.

Les premiers rayons du soleil favorisent l’escapade en sous-bois. Les coucous sont en fleurs et quoi de plus naturel que d’aller faire une petite cueillette pour offrir un superbe bouquet à une maman , pour lui dire qu’ on l’aime et que l’on ne l’oublie pas.


Chapitre Premier


Il était une fois

Dans un petit village tout près de la Forêt de Boiscéliandre.
Par la fenêtre de la classe de la petite école on pouvait apercevoir l’orée de la forêt.
A cette époque de l’année l’institutrice laissait souvent la fenêtre  entre ouverte pour laisser entrer un peu d’air frais.
Le chant des oiseaux  arrivait jusqu’aux oreilles  de nos jeunes apprentis. L’attention n’était pas à son comble pour certains d’entre eux..
 
Aurinko !! Cria la maîtresse tu n’es   pas avec nous.
Le jeune rêveur sursauta et répondit : Cinq !!!
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Réponse qui déclencha le fou rire général
Aurinko, je rendis compte qu’on se moquait de lui …
Cinq quoi demanda l’institutrice.  Sais tu au moins ce que nous sommes en train  de voir tes camarades et moi ?
Euh !!!Aurinko ne répondit pas.
Dis-moi ce que tu faisais pendant tout ce temps, sinon tu seras puni. 
Je regardais par la fenêtre Madame…
Et il y avait quoi de si intéressant  dehors  …Tu pourrais peut-être nous  faire partager ta curiosité ? demanda L’institutrice.
Aurinko, se leva et dit : Il y avait à l’orée de la forêt cinq cervidés, Madame  .un cerf et deux biches avec leur  faons.
Oui,  mais Aurinko ce n’est pas la première fois que tu  vois des biches, non ?
C’est vrai, Madame mais j’ai vu également une marmotte qui parlait à un petit Lutin avec un drôle de chapeau sur la tête..
Aurinko !! Si tu te moques de moi tu vas être puni  lui dit la maîtresse.
Mais Madame c’est vrai je vous le jure ….
Aurinko !!!Tu m’énerve, tu sais très bien que  les lutins ce sont des histoires, ils n’existent pas.
Mais je l’ai vu, Madame.
Sur cette réponse la maîtresse fortement énervé par cette perte de temps demanda à Aurinko de prendre ses affaires  et d’aller s’installer au fond de la classe tout près de la porte de telle sorte que de cet emplacement il ne pourrait plus regarder pas la fenêtre.

Et pour te punir tu vas me copier vingt fois, < les lutins n’existent pas et je dois écouter en classe.> Pendant que tes petits camarades iront en récréation.

Après ce petit incident tout ce passa bien jusqu’à la sortie de l’école …..

Sur le chemin du retour, Aurinko subit les railleries de ses camarades.
Quand il fut   arrivé  chez lui, il s’empressa de mettre son  quatre heures  dans son petit sac à dos, Caressa le chien en lui disant, on ira se promener demain Yako  promis.
Puis se dirigea vers la forêt. Là où il avait cru apercevoir la marmotte.
En rentrant dans le sous-bois, il se mit à rigoler, la Maîtresse devait sûrement avoir raison, les lutins ça n’existe pas ce sont des histoires.
Il emprunta donc le petit sentier qui mène vers la clairière là où il était sûr de trouver des coucous.
Le cœur heureux, il marchait en chantonnant, quand tout d’un coup quelque chose l’interpella..........

 

 

 

    
 

 

 

 

 
      CopyrightFrance.com

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Aventures fantastiques
commenter cet article
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 19:23

En attendant l'inspiration pour le dernier chapitre d’une journée à Boiscéliandre.
Je vous propose de connaître un peu plus qui se cache derrière la plume de Guthin
.
Enfin presque !





Assis derrière une  petite table qui lui servait de bureau.

Il regardait par la fenêtre le jardin.
Le spectacle qui s’offrait à lui, concrétisait des années de labeur pour en arriver à ce que la nature accepte cette transformation.
Les narcisses disposés ça et là étaient en fleurs. De gros boutons du magnolia commençaient à s’ouvrir, offrant au soleil leurs corolles blanchâtres.

Nous étions en Mars période où les couleurs de la nature changent   au gré des nuages, ceux-ci souvent chargés de pluie.

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

A la cime d’un peuplier deux pies jacassaient, sûrement un couple ? Le son de leurs cris stridents passait aux travers des carreaux. Madame ne devait pas être d’accord sur l’orientation que Monsieur avait donnée au nid ou bien peut être, que la dispute portait sur les prénoms de leurs futures progénitures.
Il était assis là à contempler la nature.
Ce n’est pas à rêvasser la tête en l’air que les mots viendrons se coucher sur le papier pensât- il mais la nature était tellement belle.
Puis le ciel s’assombrit, de gros nuages chargeaient de pluie arrivaient, il y avait comme une agitation dehors, pas beaucoup de feuilles en cette saison pour servir de parapluie à notre pinson. Il se réfugia dans une haie thuyas 
Nos deux inlassables pies continuer leur âpre discussion. Puis la pluie se mit à tomber, à travers les carreaux .On pouva
it voir ce rideau d’eau qui occultait maintenant la vue du   jardin. 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Il se dit que se serait ce le moment d’écrire quelques lignes en attendant que cesse la pluie ?
Mais à peine les premières lettres déposées, que les nuages s’en sont allés .Est cet un signe ? Ou tout simplement une journée à rêver.
De fines gouttelettes d’eau sur la vitre donnaient au jardin un aspect féerique, comme par enchantement elles se mirent à briller de mille couleurs, le soleil venait de faire sa ré- apparition en se reflétant au travers d’elles. 

Il ouvrit la fenêtre, sentit cette subtile odeur caractéristique qui se dégage après les pluies de début de printemps, où ce mêle les légers parfums des jonquilles sauvages et celui de la terre humifère
Au loin il aperçu un somptueux arc en ciel. Il en chercha la source des yeux, pensant, un léger sourire aux lèvres, à cette légende qui dit que celui qui se placera à la base de l’arc en ciel y trouvera un pot d’or.
  

Hebergement gratuit d image et photo

 

Une goutte d’eau tomba la où quelques mots avaient commencé à noircir le papier. Se mêlant à l’encre pour donner un somptueux pâté .Il esquissa un léger sourire et se dit que ce n’était une journée pour écrire.
Il décida donc de quitter sa place. Quand par un léger courant air, son attention fut retenue par une petite plume blanche qui vient se poser là, sur le papier, juste à coté du pâté.
Il l’a pris dans sa main et d’un doigt il caressa les barbules pour chasser les petites gouttelettes d’eau qui s’y étaient déposées.
Il ferma la fenêtre, posa la petite plume blanche sur le bord de son bureau, saisit une nouvelle feuille de papier et sans lever la tête se mit composer.
Les mots couvraient le papier comme par magie. Ils se succédaient dans un torrent de lignes était-ce les biens faits de la pluie ou peut être cette petite plume qui lui avait apporté l’inspiration.
Et c’est ainsi que partant de rien ou du moins de cette petite plume. Qu’une colombe avait sûrement dû perdre dans sa précipitation pour la recherche d’un abri avant l’arrivée de la pluie.
Que sont nées les aventures extraordinaires de notre Lutin Guthin….

Parfois l’envie d’écrire ne tient qu’à peu de chose, une pluie, une plume et l’envie de tromper la solitude qui parfois peut devenir pesante……………

 

 

 

 

 

 

 
      CopyrightFrance.com

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Essais et Poèsies
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 22:38


Tout est calme dans la forêt de Boiscéliandre, le jour n’est point encore levé.
Dans le ciel, quelques  étoiles scintillent encore de mille feux, avant de disparaître.  
Dame Séléné petit à petit s’estompe, laissant ainsi place à l’astre du jour.
La quiétude du petit matin est le meilleur instant pour les animaux. Les chevreuils viennent s’aventurer à l’orée de la clairière cherchant ainsi quelques glands ou feuillus afin de faire pitance.
Le cri des Accenteurs Mouchet  annonce l’arrivée de l’aube. Faible lueur blanchissant la campagne, laissant entre apercevoir un filet  de brume sur la cime des arbres.
La forêt s’anime doucettement.1
Dans sa petite demeure, bien à l’abri sous la mousse Guthin sommeille encore.
Oh ! Ce n’est pas un lève tôt !!Il aime flâner sur sa couche, attendant que les premiers rayons du soleil viennent lui caresser les pieds.....
Tandis qu’à quelques lieues de là,  son amie Ramoussine est déjà  en pleine activité.
Grand ménage dans la muretière, petites courses pour le repas, jeux avec les copines et surtout grand papotage.

Euh !!! Plutôt l’inverse dirons nous.
Mais  Guthin serait-il sorti de son sommeil ?
Il me semble l’entendre :

Ohé Garrulus!!!  Tu n’aurais pas vu Gonthran  par hasard !!!Il n' est  point sur sa branche ce matin.
(Pour rafraîchir votre mémoire,  que je sais moins défaillante que celle de votre humble scribe.
Garrulus est un Geai et Gonthran un Vieil hibou, qui a élu domicile dans le tronc d’un chêne,
au dessus de la demeure de Guthin.
Et qui régulièrement,  c' est-à-dire tous les jours, réveille notre Lutin)
Non, lui répondit le Geai tout en Espoustillant* ses plumes.
Je ne l’ai point vu. Mais pourquoi, cela t' inquiète t' il ?
Ah suis-je  bête  dit-il en  se cachant le bec avec son aile. Il ne t’a pas réveillé ce matin …..Hihihi.
Grrrrrr .Lui répondît Guthin. Ce n’est pas cela  du tout !!!.  Je suis inquiet tout simplement.
Mais je n’en doute pas !! Lui chanta le bel oiseau ; Je m’en vais voir si je le trouve. Veux tu que je lui dise que tu n’ais pas content  parce que il n'est pas venu te réveiller ce matin ??
File, vilain !!!Lui répondit Guthin ,en lui disant cela il lui jeta un  paquet de bruyères sèches les mêmes qu’il utilise pour parfumer sa couche.
Oh !!Ne croyez pas que ce  soit un geste de méchanceté !!Non simplement une façon amicale  de lui dire
file vite à la recherche de Gonthran.
Mais, revenons voulez vous bien  à Ramoussine. Elle est entrain de  raconter ses péripéties de voyage dans le  Grand Nord.
Il y a là ; Les Suscrofas et leurs  marcassinets, Le beau Percifleur et un petit nouveau, hé oui !! Maître Goupil le renard. 
Et tout ce petit monde est  bien attentif au récit de notre aventurière.
Juchée  sur un rocher, elle parle en faisant des grands gestes avec ses petites pattes  et  comme presque toute la gente Féminine elle a tendance à grossir un peu les événements. 
(Euh !!!Je sens monter une vague de protestations,  légère mais sensible tout de même. 
‘Petit sourire moqueur, mais simple taquinerie de ma part).

Mais tendons l’oreille voulez vous ?
Il y avait un énorme Troll, dit-elle, avec de très grosses dents. Ils n’auraient qu’une bouchée de vous tous réunis .Nous avons très peur Guthin et moi.
Mais vous me connaissez mon sang n’a fait qu’un tour
J’ai dit à Guthin : On ne va pas se laisser faire !! Je suis donc sorti de notre cachette et j’ai mordu violemment les mollets de cette horrible  chose

Berkkkk. !!!!
Je peux vous garantir qu'il fallait du courage car il sentait vraiment très mauvais. En plus il avait plein de poils .Bah !!!
Et, et alors ? Demandèrent les autres.
Attendez, que je reprenne mon souffle, (il faut dire que Ramoussine y  mettait de tout son cœur dans le récit de cette épopée).

Pendant ce temps à l' autre bout de la forêt……..

Ah te voilà enfin, dit Guthin  à son ami Gonthran. Où étais tu donc passé ? 
Avec Garrulus, nous nous sommes inquiétés!! Ah bon !! Mais il ne fallait pas Il faut que je te dise.
Après ma sortie nocturne,
je suis passé par la clairière et devine qui j’ai vu en pleine agitation ?
Je ne sais pas dit Guthin ?
Eh bien, nous amie la Belle  Ramoussine
Mais que faisait elle donc ? Demanda Guthin..
Elle était en train d’expliquer, comment elle avait chassé les Trolls lors de votre retour du Grand Nord.
J’avoue que je ne comprends pas, tu m'avais dit que c’était toi….
Oh !!!La chipie !!!! Ce n’est pas vrai, dit Guthin elle tremblait de trouille …
Tu devrais y aller, mais passe par le petit sentier elle ne te verra pas arriver,
Elle est juchée sur le gros rocher fendu
Tu lui feras une surprise, je la vois déjà.
Gonthran prenant une petite voix et  se mit à imiter Ramoussine.
"J’ai fait du surf de glace avec Guthz, un  ours polaire , si gros qu’il lui fallait un iceberg pour lui tout seul……….".
Tu as raison .dit Guthin : Je vais aller voir  cela !!Tu viens avec moi ?  On va lui faire une petite surprise à Ramoussine.
Tu sais cela est un peu normale qu’elle exagère les faits, elle est du Midi….hihihi

(Je tiens à préciser que je n’ai rien contre les méridionaux, je ne voudrais pas  déclancher une guerre régionale…….)

Sur ces mots, nos deux amis partirent  à la rencontre de Ramoussine.
Pendant ce temps  notre Marmotte continuait le récit des ses aventures Fantastiques.
Les trois marcassinets terrifiés par l’histoire s’étaient rapprochaient de leur mère.
Stoïque, Maitre Goupil le renard ne disait mot, quand à Percifleur, connaissant bien l’oratrice, se grattait le menton avec sa queue en guise de perplexité.
Quand tout d’un coup, Ramoussine aperçu Gonthran. Celui ne pu se poser sur une branche sans faire un véritable tintamarre.
Question discrétion on peut faire mieux ,mais c'est Gonthran !!!
Elle regarda aux alentours, elle aperçut Guthin.
Oh ! Guthin  mon ami que je suis contente de te voir, je racontais  à nos amis notre voyage dit-elle…………..
Ah oui ? Lui répondit Guthin, alors les amis elle vous à parler des Tro…..
Mais il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que  Ramoussine lui coupa la parole  lui demanda ceci :
Ah, Guthin,Guthin vient vite il faut absolument  que  je te montre quelque chose près du grand chêne.
Et sans plus attendre elle prit Guthin par le bras et l’emmena dans la forêt surtout loin de ses amis ………..
Guthin  se retourna vers l’assemblée (Celle-ci  un peu déçu de ne pas avoir la suite de l’aventure)
Je vous laisse les amis, faisant un énorme clin d’œil.
A plus tard Guthin lui répondit Percifleur qui avait tout compris de la scène.
En passant prés de la branche où se trouvait Gonthran, Ramoussine laissa  échapper ces quelques mots :
C’est raté,
Eh oui !!!!Nanan ère.
Guthin laissa échapper un sourire en regardant  Gonthran,
puis il  posa son doigt devant sa bouche qui voulais dire

  " chutt !!!!C’est Ramoussine et on l’aime comme elle est……."

Mais au fait!!!Qu’est que Ramoussine voulait avec tant d’empressement montrer à Guthin ?
Oh !!Vous ne  pensez pas que c’était pour éviter que les autres se rendre compte qu’elle avait exagéré sur le récit  son voyage ?
Non !! Il ne faut pas avoir de mauvaises pensées!!

Etrange n’est ce pas ?
Qu’est ce que cela peut bien être ?
Mais vous, Vous  avez peut être une idée ?

Dites-nous !!!

 

 

 

Commentaire de l' auteur:

Dans cette narration, ni voyez pas de mal,ni moquerie, Notre Guthin adore Ramoussine
Ce sont là de simples taquineries sans arrières pensées que se font deux très bons amis. Et si lors de la lecture, il vous semble ressentir une pointe d’ironie sachez que  vous faites erreur.
Ah, je pense que Diderot ne m’en voudra pas(ni Quichottine) pour ces deux mots inventés de toute pièce et ne figurant pas encore au dictionnaire.

Doucettement.1 .Utilisé ici dans sa seule et unique acception, une douceur aussi légère qu’une plume.
Espoustillant : Toilette des oiseaux, qui consiste en un léger soulèvement des plumes pour atteindre le fin  duvet, là où ça gratouille, afin de se débarrasser des intrus  venus s'y glisser.

  

 

 

 

 

 

 

 
      CopyrightFrance.com

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Légende
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 18:38

Je vais vous conter une histoire.
Est-elle sortie de mon imagination ? Je n’ose y croire !!!
Ou,  peut être  bien lors d’un de ces rêves. Vous savez !!
Ceux,  qui vous transportent dans un autre monde. Habité de personnages étranges, d’animaux bizarres, de plus dotés de parole.
Mais me croirez vous ? Si je vous dis que dans cet univers les marmottes parlent aux hiboux, Que les ours polaires font des glissades sur la banquise avec les phoques.
Fou !! Allez-vous me trouver ?
Non !! Simplement très rêveur. Mais là n’est pas le propos.

La réalité est bien présente, Il y a bien longtemps que l’on a découvert que sur la terre vivaient en harmonie deux mondes. Celui des humains et le monde caché  du Petit Peuple, c'est comme cela qu’ils  l'ont prénommé. C’est  celui des Farfadets, des  Lutins et Trolls, des Elfes et des Gobelins.
Bien entendu les humains ne peuvent point les voir mais ils savent que ces petites créatures bien familières et parfois espiègles s’invitent parfois  lors des veillées au coin du feu. Hantent les caves et les greniers, les forêts et montagnes. De tout temps les représentants du Petit Peuple ont vécu en secret parmi les hommes.
Il faut bien l’avouer  ces petits êtres sont très facétieux ils aiment s’amuser et surtout ils se réjouissent des frayeurs et des contretemps qu’ils font subir aux humains, mêmes de nos jours encore ils sont là .Je vous parlerai un jour des Greemlins et vous verrez, qu’ils sont partout même chez vous ..........hihihihi.

Mais ne vous inquiétez pas, ils sont généralement inoffensifs et ils peuvent même être serviables, voir  dévoués si on sait se montrer reconnaissant en vers eux il parait !!(Tout ce que je vous dis là, je l’ai lu dans un très vieux grimoire).
Mais  parlons un peu de  Guthin ? Qui est il ?
Guthin !c’est un Petit Lutin craintif mais très espiègle. Il est le septième d’une grande famille. Il vit tout seul.
Depuis des années, il a élu domicile dans la forêt de Boiscéliandre avec d’autres amis.
Sa demeure ? Oh ! C’est un petit trou dans une veille souche de chêne bien cachée sous un amoncellement de feuilles. Notre lutin n’est pas très grand, pas plus haut que trois glands !!
Tout comme ses congénères,  il n’est pas très beau, il a des grandes oreilles pointues et ce vieux bonnet rayé tout hideux, que lui avait donné Merlin ne le favorise guère.
Il a rencontré le Vieux Magicien  et la fée Clochette   lors d’une escapade en forêt de d’Huelgoat. Il faut préciser que Guthin est à la recherche de son grand Ami Le Petit Lutin du Bois.
Celui-ci aurait quitté la forêt pour s’en aller vivre avec les humains mais malheureusement il ne savait pas que les hommes étaient parfois cruels et qu’ils n’avaient que faire d’un Petit Lutin.
Depuis cette disparition, certain disent qu’ils l’on aperçut chez Merlin, d’autres racontent qu’il s’en serait allé au  Grand Nord mais en réalité personne ne l’a revu.
En attendant Guthin est détenteur du grand Grimoire de son Ami, là où sont couchés par écrits tout plein d’histoires et de somptueux poèmes. Il nous les fera peut être partager!!!

En attendant, je m’efforcerai de relater au mieux les aventures de Guthin et de ses Amis.

Alors à bientôt pour de fabuleuses aventures.

 

Ps : En réalité, tout celci est bien le fruit de mon imagination……..

 
La Plume de Guthin

 

   CopyrightFrance.com
 
     
Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans Légende
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 10:44

  Bienvenue.......

Repost 0
Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article