Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 08:57

Coucou , Je vous remercie pour vos petits mots ,j'espère avoir un peu de temps pour venir vous voir,tout va bien

juste un peu débordé pas les événements

 

Abientôt

 

Guthin

Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 13:01

Les Aventures Extraordinaires de Guthin le Petit Lutin Tome II sont enfin arrivées sur le  Net.

Chez 

TheBookEdition.com 

 

Chers amis, enfin le tome II est en vente en ligne chez TheBookEdition.com.

Je suis heureux de vous le présenter aujourd'hui.

 

Acheter Les aventures de Guthin le petit lutin

 

Résumé

Le livre précédent (Tome 1) : "En route pour le Cap Nord", nous a permis de faire la connaissance de Guthin et de ses amis; de partager son quotidien, ainsi que celui de son amie Ramoussine la marmotte.
Par ses récits, il nous entraîne dans ses aventures mystérieuses. Souvenez-vous de son séjour dans le Grand Nord chez son ami Guthz l'ours polaire. Il nous a aussi fait trembler au moment de sa rencontre avec des Trolls belliqueux.
Cette fois ci, Guthin va nous confier l'histoire d'une étrange rencontre. D'ailleurs cela a commencé ainsi :
"Mais où m'emmènes-tu ainsi Ramoussine, lui demanda Guthin?
- Chut! Tu vas voir, répondit-elle.
- Je crois qu'il y a un ogre dans notre forêt!
- Un ogre ! S'esclaffa Guthin! A Boiscéliandre?"
Mais je vous laisse avec Guthin et Ramoussine pour cette nouvelle aventure qui me semble bien périlleuse encore.
Voici donc le Tome 2 " L'étrange rencontre "


   La Plume de Guthin

 

Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Chers amis je vais vous faire découvrir le véritable monde de Guthin.

Mais Chutttt!!!

En voici une vue panoramique, nous pénétrerons dans cette forêt très prochainement

 

 

En réalité,  j' attends l' autorisation des  habitants de ces lieux.

  

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
      CopyrightFrance.com

 

 

 

Published by la plume de Guthin - dans Aventures fantastiques
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 20:53

Les Aventures Extraordinaires de Guthin le Petit Lutin sont en Librairie sur le  Net.

Chez TheBookEdition.com 

 

 

 

Résumé

Il y a bien longtemps de cela, on a découvert que sur la terre, vivaient en harmonie deux mondes : celui des humains et le monde caché du Petit Peuple. C’est ainsi qu’il fut baptisé car ses habitants sont des Lutins, des Trolls, des Elfes.

La rencontre eut lieu un soir d’été. Comme à l’accoutumée, je me promenais à l’orée de la forêt. J’ignore encore quelle force ou envie a influencé mon désir de pénétrer dans le sous-bois ! Après quelques pas sur le chemin, j’aperçus ce petit être. Croyez-moi, ma stupeur fut si grande qu’elle me figea tout debout. J’avais beau frotter mes yeux avec insistance, il était toujours là et me souriait.

Il s’approcha de moi et me tînt ce discours :

- N’aie pas peur, tu ne rêves pas je suis bien un lutin et je me nomme Guthin.

C’est ainsi que j’ai eu l’immense privilège de devenir son porte-parole.

De cette rencontre a résulté une complicité totale qui me permet aujourd’hui, avec son accord, de vous relater ses aventures qui font son quotidien.

Alias, la Plume de Guthin

Acheter Les aventures de Guthin le Petit Lutin

 

 

Je vous en parlerai plus tard .

 

Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 10:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-

 

-- Bon, c'est bon ! Grogna-t-il.

- Où en étais-je me demanda-t-il ? Ah oui, tu vois avec tes questions tu me fais perdre le fil de mon histoire.
Je disais que pour trouver de la nourriture, il ne restait plus qu'à espérer qu'un renne se soit égaré dans les environs.
Mais point de renne, pas même les traces d'un lapin. Quand aux oiseaux il y a belle lurette qu'ils avaient quitté la contrée.
Imagines-tu m'a plume la vie de ces gens me dit Guthin ?
Tu sais rajouta-t-il, ce n'est pas facile tous les jours de vivre ainsi. D'avoir comme maison une hutte de bois recouverte de terre si étroite, que l'on ne peut pas tenir debout, de dormir à même le sol enroulé dans de vieilles peaux de renne, ou d'ours, celles-ci plus ou moins bien tannées.
Mais je m'égare me dit-il.
C'était donc le jour de la veillée du Solstice d'hiver, il avait très fortement neigé et les habitants de ces belles demeures devaient se rendre à la ville afin d'y faire quelques emplettes pour le réveillon de Noël.
Eh oui rajouta Guthin pendant que nous, on se les gèle sur les traineaux avec tous ces cadeaux, eux ils sont tranquillement au chaud devant une grande table à festoyer jusqu'à panse rompue.
- Mais je continue dit Guthin car le temps presse
La neige était trop profonde pour utiliser de gros véhicules, ceux-ci ne pourraient pas y rouler, il ne restait qu'un seul moyen, le traineau.
Oh, il y a bien changé le traineau de nos jours me dit Guthin, il n'y a plus de chiens, ils sont remplacés par un moteur, ils appellent cela une moto neige remarque, c'est bien pratique quand même, je te dis cela, car je l'ai déjà essayée.
Mais je ne trouve pas cela très confortable, trop rapide. On risque souvent de se retourner si on n’y prête pas attention.
D'ailleurs écoute la suite.
- Je t'écoute Guthin lui répondis-je.
- Ils étaient tous partis à la ville, sur leurs motos neige vrombissantes pour y faire des courses. Après avoir rempli les sacs de victuailles et autres boissons enivrantes il fallut faire le chemin du retour. Peut être que l'approche de Noël, la joie de pouvoir faire la fête, d'avoir pu profiter des animations de la ville ont fait que l'attention ne fut pas à son paroxysme.
Le retour se passait donc, sans encombre, quand sur la piste qui longeait la lisière de la forêt un des conducteurs voulut éviter une énorme souche qui se trouvait devant lui. Un coup trop sec sur la direction de son engin lui fit perdre le contrôle et le propulsa dans les airs. Fort heureusement pour lui, la neige très molle amortit sa chute. Plus de peur que de mal rajouta Guthin.
Une fois que le conducteur remit sur pied sa machine, il l'enfourcha et dans un geste de rage tourna violemment la poignée des gaz puis repartit dans un vacarme assourdissant rejoindre le reste du groupe.
- Mais Guthin ! Il en a oublié ces affaires, à moins que celui-ci n'en ait pas ? Demandais-je.
- Tu as raison de te poser la question, me répondit Guthin.
Il en avait des affaires et plein même.
- Vois-tu, la stupidité peut parfois jouer de tours jusqu'à en faire oublier l'essentiel.
Tu te doutes bien que les habitants de la forêt avaient entendu le raffut fait par la chute de la moto. Ils chaussèrent leurs raquettes et se rendirent sur les lieux afin de porter secours, mais quand ils arrivèrent à l'endroit supposé, de l'accident, ils ne trouvèrent personne.
C'est en faisant demi-tour qu'ils tombèrent sur les sacs, comme tous gens honnêtes ils firent l'inventaire du contenu au cas ou, il y aurait un nom ou une adresse, mais rien.
- A part bien entendu de bonnes choses ! Me suis-je permis de dire.
- Eh pour sûr ma Plume, me répondit-Guthin. Il y avait là tout plein des choses comme tu dis. Deux grosses dindes, des marrons, du saumon fumé à foison et même du caviar et bien autres victuailles.
D'énormes miches de pains frais. Dans l'autre sac de quoi faire passer joyeusement toute cette nourriture et donner aux corps une petite touche d'ivresse, qui par ces temps glacials ne pouvait qu'être de bon aloi.
La fête du Solstice d'hiver, allait être cette année inoubliable.
Quand aux autres, il ne leur restait plus qu'à retourner en ville pour faire le plein de commissions sinon ils passeraient un Noël à se ronger les doigts.
- Eh bien Guthin voilà une histoire qui se termine bien.
- Oui, tu as raison ma Plume me dit Guthin, je sais que l'on dit parfois que bien mal acquis ne profite jamais, là vois-tu ce n'est pas le cas.
- Voilà mon ami, rajouta Guthin. C'est la fin de cette petite histoire.
- Tu vas sûrement me dire que c'est ça la « Magie de Noël »
- Je dirais plutôt « Que le manque de chance peut parfois apporter, bien du bonheur à autrui. »
Sur ses bonnes paroles Guthin était prêt à partir.
- Je te souhaite un très bon Noël ma plume, me dit-il, si tu vois Ramoussine souhaite lui également un bon Noël je n’aurai pas le temps de passer avant de partir
- Je le ferai c'est promis, prend bien soin de toi, rajoutais-je
- Eh Guthin ! Fais attention avec les cheminées, à ne pas te bruler...

 

 

Oh ne voyez pas de morale à cette histoire, simplement, mais accordons nous un instant de réflexion avant de passer à table.

 

 

 

Je me joins à Guthin et tous ses amis, pour souhaiter

un très joyeux Noël
.

 


On se retrouve bientôt, promis.

   

 

 

  

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
    

 CopyrightFrance.com


 

Published by la plume de Guthin - dans Aventures fantastiques
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 19:56

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-

 

Il y a quelques jours, j'ai rencontré notre ami Guthin en pleine activité.


- Hello Guthin ! Lui criais-je.
- Je te trouve bien agité ce matin.
- Eh mets-toi à ma place me répondit-il dans quelques jours je vais devoir travailler toute la nuit et je ne suis pas prêt, que va penser le Père-Noël ?
- Ah pour sûr ! Lui je lui dis en souriant, tu risquerais d'être privé de cadeau et peut-être même avoir la visite du Père fouettard ou tiens par exemple, la visite d'une sorcière qui te transformerait en crapaud. J'en connais une, je pourrais lui en glisser deux mots à l'oreille.
- Ah et tu trouves ça drôle ? Moi pas ajouta-t-il.
- Je plaisante Guthin, tu le sais bien. Je sais que pour toi Noël est très important ainsi que pour tous les enfants et les gens qui souffrent. Je sais que ce soir-là tu vas te démener comme un beau diable, si je peux me permettre cette expression.
- Oui c'est vrai me répondit-il, tient d'ailleurs je vais te raconter une histoire, tout en me préparant.
- Je suis tout ouïe lui répondis-je.
- Tu es quoi me demanda -'il ?
- C'est une façon de te dire que je t'écoute, rajoutais-je.
- Ah ! Des fois tu parles d'une drôle de manière me dit Guthin, il faudra que tu m'expliques.
Si on continue comme ça, je n'aurai pas fini mon histoire avant mon départ.
- Je m'adossai au tronc du vieux chêne et écouta notre Lutin.
Il commença ainsi.
- C'était dans une de ces contrées du grand nord à la limite du cercle polaire arctique. La neige avait recouvert en partie de son blanc manteau, les forêts de sapins et de pins qui couvraient une grande partie de cette région.
A la lisière de cette immensité de résineux, on pouvait y apercevoir quelques habitants.
Oh ! me dit- Guthin, ils ne ressemblent en rien à ces gens, vêtus de tweed et d'astrakan, aux somptueuses maisons dont les fenêtres sont parées d'innombrables guirlandes lumineuses. Des demeures qui respirent « le bon vivre ». Ce sont ces mêmes gens qui, pour se rendre à la ville la plus proche, utilisent d'énormes véhicules aux roues monstrueuses en guise de traineau. Une façon comme une autre de paraître.
Encore un caractère humain que je ne comprends pas me dit Guthin.
Non ! Vois-tu, ces habitants vivent de bien peu de choses.
En été, certains se rendaient à ville pour y faire de menus travaux de voirie, d'autres pour travailler dans les papeteries à brasser la cellulose ou dans les scieries soit à l'abattage ou l'écorçage des arbres, ceci afin d'y gagner quelques penni  pour survivre.
Ils ne se plaignent pas, c'est leur vie, un héritage ancestral. Comme si cette condition humaine avait été établie depuis des millénaires et que rien ne pourrait la changer.
Difficile à comprendre n'est pas, me demanda Guthin ?
- Je ne sus pas quoi lui répondre, pris au dépourvu pas la question.
Il continua son récit.
- L'hiver faisant, tous ses travaux s'arrêtaient avec l'arrivée de la neige, il leur fraudait attendre plusieurs mois pour reprendre toutes activités. Désormais ils devaient être patients.
- « Tenir » serait le mot juste. Rajoutais-je ?
- Oui, me dit Guthin en hochant la tête puis continua.
Pour subvenir à leurs moyens ou pour faire quelques provisions, il ne restait plus que la chasse et la pêche quand la glace n'était pas trop épaisse.
Car vois-tu, ce n'est pas facile de pêcher ainsi, chaque jour il faut entretenir le petit trou par lequel on plonge la ligne.
Mais malheureusement, cette année là à l'approche de Noël la température était si basse que la glace se reformait instantanément autour du fil ce qui empêchait toute prise possible.
Ils n'auront pas de saumon pour le repas de la veillée du Solstice d'hiver.
Ah, je te vois ouvrir de grands yeux me dit-il. Eh oui pour ces peuples nomades cette viellée c'est comme Noël pour vous. Elle est très importante, ils se réunissent tous dans la plus grande des huttes autour d'un bon feu de bois pour fêter le Solstice d'hiver, la nuit la plus longue, bien sûr elle a lieu quelques jours avant Noël parfois le 20, ou le 21 il est arrivé même qu'une fois cela soit le 23 mais c'est très rare.
- Mais dis-moi Guthin qu'elle est la signification de cette fête demandais-je ?
- Eh bien vois-tu, me répondit-Guthin. Pour ces peuples, ce jour est le signe que la terre s'éveille et qu'elle attend le printemps. C'est la fête de la lumière, elle célèbre le renouveau, la croissance, le temps de la création.
- La fête de la lumière ? M'esclaffais-je, le soleil ne montre même pas le bout de son nez, tu parles d'une lumière.
- Tu n'y comprends rien aux coutumes des gens du Grand Nord, me jeta Guthin.
Tu ne fais pas partie de notre monde alors écoute et tais-toi.
- Excuse-moi Guthin, tu as raison, je ne voulais pas de froisser.
- Bon, c'est bon ! Grogna-t-il.
- Où en étais-je me demanda-t-il ? Ah oui, ......



La fin est programmée pour demain matin cela vous laissera le temps de vous préparez pour le repas du soir .Hihihi

 

 

 

    

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
    

 CopyrightFrance.com


 

Published by la plume de Guthin - dans Aventures fantastiques
commenter cet article
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 19:56

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Chers amis


Comme vous pouvez le constater l'espace de Guthin s'enrichi. Encore un peu de travail et ensuite nous pourrons reprendre la parution de nouvelles histoires.

Bien entendu, je vous présenterai la nouvelle collaboratrice de Guthin. Comment il l'a rencontrée et pourquoi elle s'est laissée prendre à son charme.

Vous pouvez d'ores et déjà apprécier le talent de cette jeune illustratrice, par les différentes illustrations qui se trouvent sur cette page ainsi que sur la page d'accueil.

Je remercie Roxane, eh oui c'est ainsi qu'elle se prénomme, pour avoir immortalisé une séance de travail entre Guthin et votre humble serviteur.

Pour les sceptiques, ceux qui pensent que les lutins, ce sont des histoires pour les gosses, cette illustration qui n'est encore qu'une esquisse, prouve le contraire. Mais vous n'en doutiez point.

J'espère que Guthin vous manque, je sais qu'il trépigne depuis plusieurs semaines au pied de son vieux chêne. C'est Ramoussine qui me l'a dit l'autre jour.

Je tiens tout particulièrement remercier les amis qui malgré mon absence, sont venus déposer des petits commentaires forts sympathiques.

Je vais venir sur vos blogs pour rattraper le temps perdu. J'ai une pensée toute particulière pour Lucie et ses joyeux drilles de la maison de retraite de Saint Priest en Jarez. Je ne vous oublie pas ..


                       A très bientôt les amis. 

 

  

 

  

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
    

 CopyrightFrance.com


Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 22:11

 

Continuons la visite

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

 

 

 

 

 

 

les jardins  du château  D'Ussé

    

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

 

 

 

 Les fées qui ont été invitées pour le Baptême de la Princesse, se penchent sur le berceau et lui donnent tous les dons,

Beauté, esprit......

  

 

 


 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

 

 

 

 












 

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Certaines dont je tairai le nom, m'ont réclamé le prince charmant le voici .....C'est ça la magie. 

Je n'oublie pas ma tâche d' écriture, elle va arriver ....

Published by la plume de Guthin - dans INFOS
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 20:38



Une légère brume recouvrait la forêt. Déjà l'activité battait son plein, les oiseaux s'afféraient aux nids il fallait bien nourrir les nichées de printemps. Toute cette cacophonie de chants, n'en avait pas réveillé pour autant notre Lutin. Celui-ci bien sagement allongé dans son matelas de mousse dormait à point fermé.
Il fallut qu'un pic épeiche vienne s'installer au-dessus de sa demeure et commence son solo de percussion pour que notre Lutin ouvrit un oeil.
Par Merlin cria-t-il, quel est ce malandrin qui a décidé de faire un tel raffut ? Mais le bruit ne cessait point .Guthin se leva et sortit de son trou.
Ohé l'ami dit-il, Il scruta sur la hauteur du tronc afin de débusquer ce trouble fait qui avait eu le toupet de le réveiller, mais comme il avait encore les yeux embrumés il ne vit pas de suite.
Il se frotta les yeux comme pour chasser un mauvais rêve. Son regard tomba enfin sur un beau pic épeiche. Celui-ci tranquillement planté sur le tronc s'activait sur l'écorce épaisse
C'est toi qui fais tout ce bruit au dessus de ma tête ? Demanda Guthin tu ne pourrais pas aller autre part ? Non !
C'est sur ce tronc là que tu as décidé de jeter ton dévolu. Des chênes il n'y en a qu'un à Boiscéliandre.
Sans prêter la moindre attention à Guthin l'oiseau continuait son martelage assourdissant.
A croire que celui-ci n'avait pas compris ce que Guthin lui disait. 
 
Oh oh !! Cria  Guthin à l'oiseau, tu es sourd ? Je pense que oui rajouta Guthin, vu le bruit que tu fais, tu dois sûrement être sourd.
Et toi Gonthran, tu ne dit rien, demanda Guthin à son colocataire, (
Je vous rappelle que notre que notre lutin, a  comme voisin Gonthran le hibou et que celui-ci a élu domicile dans un trou du vieux chêne juste au-dessus de la demeure de Guthin).
Pas de réponse de Gonthran.
Ohé Gonthran tu dors ? Cria Guthin, Non,  ce n'est pas possible avec un ramdam pareil !!
Eh toi le pic épeiche tu ne pourrais pas arrêter cinq minutes afin que je sache si le bel emplumé de Gonthran est encore dans son trou ?
Le bruit cessa, Guthin en profita pour réitérer son appel.
Oh Gonthran tu es là ?....
Pas un mot, mais où est-il donc ce hibou de malheur ? Demanda Guthin.
Guthin abandonna son idée d'appeler Gonthran et rentra dans sa demeure.
Le pas de la porte à peine franchi,  que le pic recommença son concert.
Oh je n'y tiens plus dit Guthin. Il sortit de sa maison ramassa un morceau de bois et se mit à taper de toutes ses force sur le tronc du chêne. Alerté par le bruit le Pic épeiche arrêta de tambouriner.
Ah enfin dit Guthin,  tu as compris qu'il fallait que tu stoppes ton raffut. Sa phrase terminée le pic repris son piquetage.
Guthin lui aussi recommença à tambouriner avec son morceau de bois.
Bon ça va durer longtemps ce cirque ? demanda Guthin.
Le pic épeiche s'arrêta, quitta son emplacement et descendit de quelques mètres.
Pas trop tôt, lui dit Guthin.
Le pic s'approcha de Guthin .Eh !! Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire pour attraper des vers lui dit le pic.
Ta façon de chasser me parait plutôt rudimentaire rajouta-t-il
Guthin en avait les bras coupés, il laissa tomber son morceau de bois et ajouta.
Alors là toi, tu ne manques pas de toupet, ça fait déjà un moment que je m'égosille pour que tu arrêtes son vacarme et là toi tel un beau seigneur tu me dis que ce n'est pas comme cela que l'on chasse le ver.(
En disant cela Guthin utilisa une intonation plus ou moins précieuse, si vous voyez c que je veux dire )

Apprenez, Monsieur le pic épeiche que je ne mange pas de ver donc je ne chassais pas et secondement (
c'est Guthin qui parle) vous avez décidé de jeter votre dévolu sur un arbre que je partage avec mon ami Gonthran le hibou.
Et que si ce emplumé avait été séant il vous aurait viré dès le premier coup de bec.
Ah, Ah, vous me faites bien rire Monsieur le Lutin dit le Pic Epeiche .C'est justement votre soit disant ami Gonthran qui m'a dit de venir ici. Que je trouverai de quoi faire ripaille sur ce vieux tronc vermoulu et en plus je vous servirais de réveil.
Je constate que vous avez le réveil grincheux .Mais mon festin ainsi que ma mission étant terminés je vais prendre congé ....
Je vous souhaite donc , Monsieur le lutin une bonne journée. …….


Plutôt en colère le Pic, mais  Guthin ne se doute de  ce qui va  lui arriver dans les heures qui vont suivrent.


Il faudra attendre le temps de mettre le texte en forme …hihihi . Oh j’adore vous faire languir comme  disait si bien  A Daudet. Mais je suis loin d’arriver à ses chevilles , d’ailleurs il n’a jamais parlé de Lutin dans ces histoires.

Tiens voilà une question que je  poserai à notre chère Bibliothécaire Quichottine. 



 

 

 

 

 
    

 CopyrightFrance.com


Published by la plume de Guthin - dans Aventures fantastiques
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 15:56

Il y a bien longtemps de cela.

Il était une fois dans un petit village, un petit homme faiseur de mots.
Chaque jour qui passait, un poème il lui dédiait. Les mots il les déposait  sur le papier selon l'humeur de son coeur .Ceux-ci rimaient à l'unisson telle une chanson.
Puis un jour plus rien ne vint. Etait-ce la fin du petit écrivain ? Point sans faut !!
Il décida d'aller s'immerger dans la Forêt pour y puiser source d'inspiration.
Il marchait depuis plusieurs heures quand il sentit une présence à ses côtés.
Il s'arrêta près d'un grand chêne et c'est là qu'il l'aperçut. Elle était toute de blanc vêtue, sa longue chevelure d'un blond doré mettait en valeur des yeux couleur noisette. Il ne dit mot
Subjugué par une telle beauté.
Elle lui tendit la main sans dire mots. Le petit homme la lui prit et se laissa guider à travers bois jusqu'à un petit ruisseau.
L'étrange créature lui lâcha la main et de son doigt traça un cercle dans l'eau vive du ruisseau.
Celui-ci par magie se figea. Elle fit signe au petit homme de s'approcher et de se pencher.
Regarde dit-elle dans le miroir de l'onde tu y verras un autre monde.
Le petit homme se pencha et il n'en crut pas ses yeux .Dans le miroir de l'eau il put y voir le soleil celui-ci brillait si fort qu'il en fut tout aveugler, il  ferma ses paupières pour se protéger de cette forte lumière. Puis au moment où il les rouvrit, le ruisseau avait repris son cour quant à la créature elle avait disparue. Il mit la main à sa poche pour y chercher un petit bout de papier afin de prendre note au cas où il aurait rêvé, mais ses poches étaient bien vides malheureusement point de papier et encore moins de crayon. Le petit homme s'empressa de prendre le chemin du retour. Il avait tellement de choses à écrire. Sur son passage les arbres semblaient le saluer, un vieux sapin fit frémir ses épines pour en exhaler leur parfum.
Un tapis de pervenche offrait à l'environnement sa touche de bleu. Ses fleurs à peine ouvertes laissaient échapper quelques gouttes de rosée. Tout en marchant,  dans le sous bois,  il en croyait pas ses yeux, la forêt avait changé d'aspect. Ne voilà pas que des champignons aux couleurs étranges inclinaient leurs chapeaux en signe de bienvenue.
Il sortit de la forêt, puis sur le petit chemin, il s'arrêta, comme si une force invisible voulait l'empêcher de partir. Il se retourna et regarda cette immense masse verdoyante il semblait l'entendre lui parler.
De retour dans sa petite maison, il prit une feuille de papier, trempa dans l'encrier sa plume blanche et se mit à écrire.
Les mots lui venaient comme par enchantement, il ne s'arrêtait plus. Une feuille, puis deux.
Etrange ballade pensait-il.
Il pensait également à cette créature venue d'ailleurs ou d'un autre pays. Il l'imaginait à ces côtés, telle une muse.
Etait-ce vraiment cette muse qu'il espèrait tant ? Il écrivit toute la nuit à en oublier le repas. Fatigué par cette longue journée, sur le papier, il s'endormit.....

La pluie d'orage battait son plein, elle venait frapper les carreaux de la petit maison.

Réveillé par le bruit des gouttes d'eau, le petit homme ouvrit les yeux. Il se dit quel rêve étrange j'ai fait cette nuit, puis regardant son pupitre il s'aperçu qu'il y avait des dizaines de feuilles noircies par l'écriture . Il n'avait point rêvé . Il s'approcha des carreaux, la pluie avait cessée de tomber. Il ouvrit la fenêtre, regarda la forêt. Il entendit alors une petite voix lui dire. Continue à écrire petit homme, je serai toujours près de toi, je serai ta muse désormais, mais ceci tu dois le garder secret. Quand  ton inspiration te fera défaut, tu n'auras qu'à penser à moi .Cela  sera le signal et je viendrai à tes côtés...

Il ferma la fenêtre, à sa table il vint s'assoire et reprit sa plume pour le plaisir de tous......  

 

 

J'ai écris ce texte suite à un défi d'écriture  que m'ont lancé Lucie et les Cybermamys mais le contrat stipulait qu'il fallait que j'utilise dans mon texte les mots :


Forêt, ruisseau, soleil, sapin, fleurs, champignons, amitié, balade, repas, pluie, secret, cadeau, trésor.

Dans mon texte il manque trois mots pour que mon contrat soit honoré. Je terminerai donc par ceci :

Chères Lucie et les Cyber-Mamys, ce petit texte , je vous l'offre en cadeau pour vous marquer ma sympathie d'abord et surtout pour vous remercier pour l'immense trésor que vous m'avez offert qui est votre Amitié.

Très sincèrement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
    

Published by la plume de Guthin - dans Essais et Poèsies
commenter cet article